L'homme à l'imperméable 

(L'Uomo dall'impermeabile)
(ou Fugue pour clarinette)
(ou Partie fine)


Réalisateur: Julien DUVIVIER
Assistant Réal.: Michel ROMANOFF
Scénario: René BARJAVEL, Julien DUVIVIER
Adaptation: René BARJAVEL, Julien DUVIVIER, d'après le roman de James HADLEY CHASE: Partie fine
Dialogues: René BARJAVEL, Julien DUVIVIER
Musique: Georges VAN PARYS
Images: Roger HUBERT
Montage: Marthe PONCIN
Décors: Robert CLAVEL
Production: Cité-Films / Abbey Films (Paris) / Monica Films (Rome)
Producteur: Jacques BAR
Directeur de prod.: Walter RUPP
Distribution: COCINOR
Son: William-Robert SIVEL
Tournage: 8 octobre - 5 décembre 1956
Procédé: Noir et Blanc
Genre: Comédie policière
Durée: 1h 46
Sortie: 22 février 1957, à Paris
Détails du film précédent   Retour vers la liste des films de Fernandel   Détails du film suivant  

Une affiche originale du film.

 Interprétation:
FERNANDEL (Albert Constantin), Bernard BLIER (Mr Raphaël), Jacques DUBY (Maurice), Judith MAGRE (Eva), Mireille PEREY (Mme Minouche Constantin), Jean RIGAUX (Emile Blondeau), Claude SYLVAIN (Florence), Pierre SPIERS (le chef d'orchestre), Bob MURRAY (Sam), Julien BERTHEAU (le metteur en scène), Edith GEORGES (Nelly), Armande NAVARRE (Esther), John Mc GIVER (O'Brien), Gaston REY (le ténor), Raoul MARCO (le régisseur), Albert DINAN (le peintre), Alfred GOULIN (un inspecteur), Georges BEVER (le vagabond), Laure PAILLETTE (marchande de journaux), Betty BECKERS (la soprano), Marcelle FERY (la dame au paquet), Luce FABiole (une voisine), Georgette PEYRON (voisine du Vézinet), Louisette ROUSSEAU (la religieuse), Catherine FATH (une fille), Hélène ROUSSEL (une fille), Célina CLARY (une fille), Céline SCARLETT (une fille), Martine ALEXANDRE (la petite fille), Paul DEMANGE (l'auteur), Charles LEMONTIER (le décorateur), Jean-Louis LE GOFF (l'agent), Pierre DUNCAN (le garde), Bernard MUSSON (garçon de café), Lucien GUERVIL (agent cycliste), Max DEJEAN (un agent), Marcel ROUZE (le commissaire), Louis LALANNE (le marin), Olivier DARRIEUX (un inspecteur), Rudy LENOIR (agent cycliste), Jean-Marie ROBAIN (maitre de ballet), Rivers CADET (voisin du Vézinet), Lucien DESAGNEAUX (agent école), Dimitri DINEFF (agent escalier), FLORIAN (le barbu), André BUGNARD (assistant du décorateur), Charles DEBERT (concierge du théatre), Henry LAMY (chauffeur d'O'Brien), Jimmy PERRYS (patron du café), Luong VAN YEN (le pédicure), Marcel LOCHE (un passant), Gisèle GRANDPRE, Frank MAURICE, Robert BLOME, Guy-Henry, etc.

Extrait du film

Résumé:
Clarinettiste méticuleux, Albert Constantin est d'une ponctualité irréprochable. Un soir, pourtant, il arrive en retard au Châtelet. Il s'en excuse auprès du chef. Il a dû conduire son épouse à la gare partie en province pour une affaire de famille: c'est la première fois, en vingt ans de mariage, qu'Albert se retrouve seul. A la fin du concert, Blondeau, son ami hautboïste, lui conseille de profiter de l'absence de son épouse pour faire plus ample connaissance avec une belle choriste, Eva, qu'on dit très 'chaleureuse'. Il glisse ainsi dans la poche de son imperméable l'adresse de la dame. Mais Albert n'en a cure. Pourtant, de retour dans son pavillon du Vésinet déserté, se retrouvant seul et désemparé devant les tâches quotidiennes, il décide finalement de se rendre au domicile d'Eva. Il hésite encore puis se rend chez elle, à Montmartre, vêtu d’un imperméable. Dans l’escalier, il est abordé par un personnage douteux, Raphaël, qui semble surveiller la belle. Constantin entre chez Eva : elle lui tombe dans les bras, morte, un poignard planté dans le dos! Notre homme fuit, affolé. Peu après, il reçoit la visite de Raphaël, qui réclame de l’argent pour se taire. Il ne reste plus à Constantin qu’à trouver le vrai coupable, et à empêcher le maître-chanteur de nuire, le tout discrètement, sans avertir la police qui, elle, recherche «l’homme à l’imperméable». Bien sûr, il faut avoir terminé avant le retour de l’épouse voyageuse. Il y parviendra de justesse, après être passé par toutes les angoisses, avoir côtoyé des prostituées — dont Florence, qui a tué Eva par jalousie car elle intéressait trop le pâle Maurice, son souteneur et amant en titre — et s’être retrouvé au milieu de divers truands, parfois américains, tandis que les cadavres tomberont en pluie serrée autour de lui, témoin involontaire d’une dizaine de règlements de compte et autres crimes. Quand son épouse revient, tout semble en ordre : il est à sa place dans l’orchestre. Tout au plus a-t-il adopté un petit chien, que la musique incommode et qui aboie, «orphelin» de son maître, Raphaël, mort lui aussi dans la tourmente.


Critiques:
"Julien Duvivier et René Barjavel ont mélangé les genres. La présence de Fernandel dans le rôle principal a orienté le récit vers le comique. Le scénario, à caractère plutôt sordide, s'ébroue donc dans la fantaisie, pour ne pas dire la parodie. En maître chanteur abject, Bernard Blier fait un joli numéro d'acteur. La qualité de l'image et, d'une façon globale, le soin apporté à chaque élément de la mise en scène évoquent l'esthétique du thriller. Duvivier ne peut s'empêcher de bien travailler le détail. Or, c'était peut-être moins un artisan consciencieux que réclamait cette comédie de meurtres qu'un cinéaste un peu fou, de type anglo-saxon."
Gilbert Salachas, Télérama, le 20 juillet 2002

"Adaptant un roman de James Hadley Chase, l’un des maîtres du roman noir, Julien Duvivier signe ici une amusante comédie macabre, menée par un Fernandel égal à lui-même."
Télépoche du 6 août 2002

"Quand Fernandel profite d'une absence de sa femme pour s'empàtrer dans une histoire louche, le métier de Duvivier est nécessaire. Mais pas tout à fait suffisant, pour une fois."

"Adaptant un roman de James Hadley Chase, l’un des maîtres du roman noir, Julien Duvivier signe ici une amusante comédie macabre, menée par un Fernandel égal à lui-même."

Anecdotes:
Le film, réalisé par Julien Duvivier entre VOICI LE TEMPS DES ASSASSINS et POT-BOUILLE, trahissait quelque peu le roman de James Hadley Chase en l’adaptant au ton de la comédie noire et à Fernandel, alors au plus haut de sa popularité. Il s’agissait de l’avant-dernière collaboration du comédien et du réalisateur, après UN CARNET DE BAL (1937), LE PETIT MONDE DE DON CAMILLO (1952) puis LE RETOUR DE DON CAMILLO (1953) et avant LE DIABLE ET LES DIX COMMANDEMENTS (1962). Julien Duvivier reviendra à James Hadley Chase en adaptant «Tirez la chevillette» dans CHAIR DE POULE (1963). Les nombreuses scènes de théâtre qui émaillent le film furent tournées au Châtelet, Fernandel occupant durant la journée la loge de celui qui était alors le maître des lieux, Tino Rossi, et la lui rendant le soir pour l’opérette «Méditerranée», qui triomphait alors. Dans un second rôle, celui d’un gangster américain, on peut voir Bob Murray, plus connu comme jongleur de cirque et de music-hall que comme comédien.
Extrait de la série n° 266 de la collection des fiches de Monsieur Cinéma



Télécharger la jacquette de la cassette vidéo
Jacquette de la cassette vidéo VHS


Achetez la vidéo ou le DVD du film:
Le site de vente en ligne de produits culturels La vidéo V.H.S. du film.
ou le DVD du film.
Le site de vente en ligne de produits culturels La vidéo V.H.S. du film.
Le site de vente en ligne de produits culturels La vidéo V.H.S. du film.
ou le DVD du film.


Détails du film précédent  Film précédent Retour vers la liste des films de Fernandel
Liste des films
Film suivant  Détails du film suivant


 © Copyright  
Tous droits réservés DIGGI Services
Retour vers la page principale
Page principale