Raphaël le tatoué 

(C'était moi)



Réalisateur: CHRISTIAN-JAQUE
Assistant Réal.: Jean DARVEY
Scénario: Jean NOHAIN, Maurice DIAMANT-BERGER
Adaptation: Kurt ALEXANDER
Dialogues: Jean NOHAIN, Maurice DIAMANT-BERGER
Musique: Manuel ROSENTHAL, Casimir OBERFELD (chansons)
Compositeur: Jean MANSE ("Un dur, un vrai, un tatoué")
Images: Raymond AGNEL, Walter WOTTITZ, François-Marcel FRANCHI
Montage: William BARRACHE, Claude NICOLE
Décors: Pierre SCHILD
Production: Pan Ciné, André ARON
Directeur de prod.: Robert LAVALLEE
Costumes: Nicole GROULT
Son: Maurice MENOT
Tournage: 11 octobre - novembre 1938
Procédé: Noir et Blanc
Genre: Comédie-vaudeville
Durée: 1h 30
Sortie: 9 février 1939, à Paris
Détails du film précédent   Retour vers la liste des films de Fernandel   Détails du film suivant  


Une affiche originale du film.

 Interprétation:
FERNANDEL (Modeste Manosque, alias Raphaël), Armand BERNARD (Roger Drapeau), Monique ROLLAND (Aline de Vanves), AIMOS (Musse), Léon BÉLIÈRES (Réginald Brick), Madeleine SOLOGNE (Elisabeth), Germaine CHARLEY (Madame de Vanves), René GÉNIN (le cousin Roméo), Pierre STEPHEN (Max Corner), Alfred PASQUALI (le maître d'hôtel), Jean BROCHARD (le commissaire), Jean TEMERSON (M. Chromo), Georges TEROFF (Sisque), Marie-Thérèse FLEURY (Mlle Tout-Auto), Alexandre MIHALESCO (Pferd), CORBIERE (Rollson), TOWA (Dimitriovitch fils), Roger LEGRIS (Bedouin), Manuel GARY (le gérant de Tout-Auto), Maurice SCHUTZ (le grand-père), Géno FERNY (le policier), etc.

Extrait du film

Résumé:
Employé consciencieux, timoré et gaffeur, Modeste Manosque exerce les fonctions de veilleur de nuit à l'usine de voitures automobiles que dirige, d'une main de fer, l'autoritaire Roger Drapeau. Sa tranquillité va se trouver troublée le soir où le cousin Roméo décide de l'entraîner au Luna Park local : ce faisant Modeste abandonne son poste, rencontre à la fête la blonde Aline qui lui plaît fort et, bien entendu, se trouve dans un restaurant à attractions nez à nez avec son patron. Poursuivi par M. Drapeau, Modeste, hors d'haleine, rallie l'usine et explique au constructeur courroucé que l'individu aperçu là-bas ne peut-être lui mais évidemment son frère jumeau qui a mal tourné : Raphaël qu'on a surnommé " le tatoué".
Ce mensonge maladroit allait avoir des conséquences étonnantes. Roger Drapeau, dont la dernière voiture de course doit participer à un marathon, prête une oreille complaisante au plan que lui souffle sa secrétaire, la belle Elisabeth. Pourquoi ne pas utiliser, à des fins malhonnêtes, la ressemblance entre les deux frères ? Le circuit à accomplir est épuisant : Modeste et Raphaël se relayeront discrètement et la victoire est acquise. Empêtré dans ses mensonges, Modeste ne peut reculer; contraint à jouer un double jeu, il choque Aline, s'attire la haine de son rival le coureur Musse et les soupçons d'un autre constructeur, M. Sisque et se voit propulsé dans un curieux engin. Le pauvre garçon, poursuit le marathon jusqu'aux limites de l'épuisement, déjouant avec innocence les pièges tendus par les autres concurrents et finit par gagner l'épreuve qui s'achève d'ailleurs dans un climat d'apocalypse : le président du marathon, M. Brick, n'ayant pas réglé l'entrepreneur. Au milieu de la débâcle, Modeste arrive à révéler sa supercherie à Aline qui ne pense qu'à lui pardonner.


Critiques:
"Le gros comique français des années 30 a ses vertus. Fernandel plus Fernandel, cela donne un double éclat de rire. L'imagination des scénaristes (dont Jean Nohain) rend l'idée vraiment drôle. Ce "Raphaël le tatoué", c'est un peu le "Docteur Jekyll et Mr Hyde" de Fernandel, mais sans transformation physique ! Modeste, brave garçon un peu niais, se glisse dans la peau de Raphaël, le "dur", le "vrai", le "tatoué" de la chanson, qui roule les épaules, est sûr de lui, agressif. Si les gags sont dans la tradition du vaudeville, le savoir-faire technique de Christian-Jaque (qui avait déjà dirigé l'acteur, notamment dans "François 1er") rend le spectacle très plaisant. La scène où Fernandel, derrière un poteau, joue avec ses bras, devant témoin, les deux rôles de Modeste et Raphaël est même excellente."
Jacques SICLIER, Télérama.

"Aussi irrésistible en veilleur de nuit timoré qu'en mauvais garçon, Fernandel change de personnage à vue. Cette comédie sans prétention nous offre quelques francs éclats de rire en compagnie d'une belle brochette de seconds rôles."

Anecdotes:
Dans Raphaël le tatoué (connu également sous le titre de C'était moi), il faut signaler l'apport du scénariste Jean Nohain, caractérisé par la prolifération des personnages secondaires, fortement typés et destinés à d'excellents acteurs de second plan, solides, inventifs, intervenant l'un après l'autre avec bonne humeur dans une succession de scènes cocasses.
Extrait de la série n°104 de la collection des fiches de Monsieur Cinéma 104/14



Télécharger la jacquette de la cassette vidéo
Jacquette de la cassette vidéo VHS


Achetez la vidéo ou le DVD du film:
Le site de vente en ligne de produits culturels La vidéo V.H.S. du film.
Le site de vente en ligne de produits culturels La vidéo V.H.S. du film.
Le site de vente en ligne de produits culturels La vidéo V.H.S. du film.
Le site de vente en ligne de produits culturels La vidéo V.H.S. du film.


Détails du film précédent  Film précédent Retour vers la liste des films de Fernandel
Liste des films
Film suivant  Détails du film suivant


 © Copyright DIGGI ()
Tous droits réservés DIGGI Services
Retour vers la page principale
Page principale