Le livre Fernandel mon grand-père de Vincent Fernandel
 Fernandel mon grand-père 

Le livre de Vincent Fernandel sur son grand-père.

Éditions Jean-Pierre Taillandier


    Suivez Vincent Fernandel dans la maison familiale des « Mille Roses »...
    Découvrez l’esprit d’une famille pas comme les autres, des anecdotes jamais racontées, des histoires en coulisse inédites, des correspondances très privées et des cahiers photos qui révèlent un Fernandel que vous ne pouviez pas connaître.

    Vincent, son petit-fils, nous raconte aujourd’hui avec un bel accent tonique et un parler authentique de son Marseille, des histoires sur celui qui fut un artiste d’exception mais aussi un homme « ordinaire » à travers ses joies, ses peines, ses doutes, ses coups de gueule, ses amitiés de Pagnol à Guitry, de Gabin à Verneuil, en passant par Galabru et tant d’autres encore …

    Un ouvrage drôle, tendre et sincère. Tout simplement un mistral d’émotion et des plages de souvenirs.

    Fernandel aurait eu 100 ans le 8 mai 2003.


L'auteur :

    Vincent Contandin a 19 ans. Il a pour nom Fernandel. De Franck, son père, il hérite du charme et du sourire en demi-teinte. De Fernandel, son grand-père ; l’esprit et le geste.
    Souriant. Méridional. Et forcément tchatcheur. Les chiens ne font pas des chats. Vincent Fernandel est le petit-fils du plus connu des acteurs comiques français. Toute la gouaille de ses 19 ans, il vient de la canaliser pour écrire un livre. Un livre sur son grand-père, mais d'après lui bien différent d'un simple hommage sur papier: "C'est plus une façon de le revisiter. J'essaye de reconstruire son parcours, pour essayer de le connaître mieux". Vincent, et ça risque de surprendre, n'a jamais connu le père de son père Franck. Son texte, il le présente avec modestie, en expliquant d'entrée de jeu qu'il a beaucoup hésité à l'écrire: "C'est un livre qu'on m'a demandé de faire. J'ai failli refuser, j'avais peur qu'on pense que je servais du nom de mon grand-père.
Vincent Fernandel - © HappyMonaco.com
Et puis, je me suis dit: pourquoi pas ? J'étais une sorte de banque de données, j'en avais tellement entendu. J'ai fouillé dans les archives, les photos, et l'ouvrage est plein de choses que, je pense, le public ne connaît pas". Restait la logique appréhension de l'auteur débutant: "J'étais assez dubitatif, je ne suis pas un écrivain. Je ne savais pas trop comment formuler tout ça. Au final, j'ai pris le parti d'écrire comme je parle". Avec ce bagou, Vincent donne l'impression qu'il a fréquenté son illustre aîné. C'est d'ailleurs un régal de l'entendre parler de ses amitiés bourrues avec Raimu ou Pagnol. A l'en croire, Fernandel à la ville n'était pas très différent du personnage qu'il campait régulièrement à la scène. "Quand il disait bonjour, tout le monde rigolait. Il avait cette espèce de gueule en pâte à modeler, cette nature comique. Il lui est arrivé des choses que même ses scénaristes n'auraient pas imaginées".
    "Je préfère rester dans l'ombre"
    Et puis il y avait un caractère, résolument démonstratif: "Insomniaque, il se promenait dans la maison tôt le matin pour faire la lecture du journal à ceux qui dormaient encore. Et quand ma grand-mère lui disait qu'il n'avait pas fait un bon film, il s'emportait, avant de se fâcher avec un ami qui lui prétendait le contraire". Reste qu'au fond, le clown n'était pas systématiquement porté sur le rire: "C'était aussi quelqu'un de sensible, mais qui ne le montrait pas trop, car il était assez pudique. Sa mère l'avait très mal traité, et il a gardé toute sa vie une sensibilité à fleur de peau. C'est pour ça que sa famille comptait tant pour lui, pour ça qu'il voulait lui donner le meilleur de lui-même. Je raconte cette intimité sans voyeurisme, sans aller jusqu'à dire quel caleçon il portait. Ce n'est pas le but de la chose". Le plaisir pris à écrire cette histoire presque personnelle n'en est pas moins évident. Et à l'heure de dire deux mots de lui, Vincent confie que la littérature l'intéresse toujours. Il avoue aussi qu'après trois ans d'études audiovisuelles, il préfère s'imaginer dans la peau d'un réalisateur. "J'aime ce cinéma qui contient une âme, celui où l'histoire se met au service des comédiens et la réalisation au service de l'histoire. Aujourd'hui, la mise en scène est de plus en plus assurée par des techniciens, et non plus des artistes. C'est ça que je déplore un peu". Et le devant des caméras ? "Je préfère rester dans l'ombre, je pense qu'il y a des gens qui ont une gueule plus avantageuse que la mienne. Etre le petit-fils de mon grand-père ne me donne aucun passe-droit, et ce serait imbécile d'arriver en disant: bonjour, je m'appelle Vincent Fernandel et je vous emmerde. J'ai aussi mes preuves à faire …".
    Martin de Kerimel de Kerveno, HappyMonaco.com


Extrait du premier chapitre :

    Le Marseillais monégasque
    Je porte quelque chose de lourd... Je suis né à Monaco ! Loin de moi l'idée d'en faire un drame, j'aurais pu naître dans un endroit bien pire. Mais la ville qui m'a vu grandir, accepte mal cette petite infidélité. Comment vous expliquer ? Dans mon cas, c'est presque une trahison que d'avoir connu l'écume de la French Riviera avant la rayonnante Bonne Mère! Je suis revenu dans la ville qui a vu naître ma famille depuis dix générations pour retrouver mes racines. A moins qu'elles ne soient venues me chercher sur le Rocher monégasque pour me ramener jusqu'à MA principauté. Marseille. Vous l'aviez deviné, naturellement. En tous cas, croyez-moi, j'ai fait tout ce qu'il fallait pour faire oublier ma petite "trahison". J'ai pris ce que l'on appelle bêtement l'accent, car "si je vous disais, après tout, gens du Nord, que c'est vous qui pour nous semblez l'avoir très fort." toute ressemblance avec un poème de Zamacoïs ne serait absolument pas fortuite. [...]


Le livre est disponible depuis le 1er avril 2003.


   Description
         - Format 2x16x24 - 224 pages, dont 88 pages de photographies. Poids: 490 grammes.
         - ISBN : 286562112X - EAN13 : 9782865621125 - Paru le 11/03/2003.

   Informations légales
         - Editions : Jean-Pierre Taillandier - Midi Pile - 10, place Vendôme - 75001 Paris


Pour se procurer ce livre :
Le site de vente en ligne de produits culturels Le site de vente en ligne de produits culturels Site de vente de livres (biographies...) Le site de vente en ligne de produits culturels



A noter, depuis septembre 2003, Vincent Fernandel est chroniqueur dans le magazine quotidien de Frédéric Lopez, "J'y étais" sur Match TV.


 © Copyright DIGGI ()
Tous droits réservés DIGGI Corporation
Retour vers la page principale
Page principale